Accueil / santé / Les cancers féminins : la recherche avance

Les cancers féminins : la recherche avance

Rédigé par  |  0 Commentaires

Cancers féminins – recherche cancer – cancer femme

Les cancers féminins sont aujourd’hui une vraie préoccupation. Plus de 50 000 femmes découvrent chaque année qu’elles ont un cancer du sein, tandis qu’environ 5000 cas de cancers de l’ovaire et des trompes et 3000 cas de cancers du col de l’utérus sont décelés.

Chaque femme peut être concernée tout au long de sa vie. AtoutFemme fait le point sur ces cancers spécifiques et leurs différents traitements.

cancers feminins

Plusieurs cancers spécifiquement féminins

Lorsque l’on parle des cancers féminins, il s’agit du cancer des ovaires et des trompes de fallope, du cancer de l’utérus et du cancer du sein . Ils s’ajoutent à la liste des nombreux cancers qui peuvent toucher hommes et femmes, comme le cancer du poumon mais aussi le cancer colorectal, qui touche plus de 40 000 personnes chaque année.
Le chiffre à retenir ? L’augmentation très importante du nombre de cas de cancers du sein, de l’ordre de 138%. Aider la recherche contre le cancer devient alors une évidence.

Le dépistage des cancers féminins

Ces cancers féminins sont aujourd’hui plus ou moins bien dépistés. Concernant par exemple le cancer du sein, les mammographies et les palpations permettent aujourd’hui à de nombreuses femmes d’être prises en charge extrêmement tôt dans la maladie et donc d’espérer une guérison (pour aller plus loin sur ce sujet spécifique du cancer du sein, consultez cette page).

Pour le col de l’utérus, c’est grâce au frottis que votre gynécologue peut, très tôt, déceler un trouble. Mais pour le cancer des ovaires, les signes passent souvent inaperçus et se limitent à des douleurs au bas-ventre et des petits saignements. Plus difficile à déceler, ce cancer est souvent diagnostiqué tardivement.

On comprend donc tout l’intérêt de se rendre très régulièrement chez son gynécologue, même si l’on ne ressent aucune gêne ou douleur. Dès le début de sa vie sexuelle, on préconise un rendez-vous annuel ou au moins tous les 18 mois.

Les traitements avancent grâce à la recherche

La prévention reste le meilleur des traitements : l’activité sportive assidue (environ 3h par semaine) et un mode de vie sain sont d’excellentes bases. Mais comme vous vous en doutez, cela ne suffit pas et aucune femme n’est à l’abri d’un cancer féminin.
L’institut Curie développe depuis de nombreuses années de nouveaux traitements personnalisés contre le cancer qui ciblent d’autant mieux les tumeurs et permettent aussi de mieux comprendre le cancer. Il vous est d’ailleurs possible d’aider la recherche en faisant un don contre le cancer pour l’Institut Curie. Devenir mécène, cela peut être aussi simple que de faire un don de quelques dizaines d’euros.

 

Un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *