Accueil / santé / Médecines douces / L’hypnothérapie, l’accompagnement au changement

L’hypnothérapie, l’accompagnement au changement

Rédigé par  |  0 Commentaires

L’hypnothérapie fait partie de ce qui est convenu d’appeler des « thérapies brèves ». En moyenne 5 séances sont suffisantes pour traiter un problème particulier. Basée sur la pratique de l’hypnose, l’hypnothérapie (ou hypnose thérapeutique) se concentre sur le résultat sans forcément s’intéresser aux causes et aux traumatismes à l’origine des maux. Pour être efficace et atteindre l’état d’hypnose, l’adhésion totale du patient est indispensable. Seule la décision et la volonté du patient permettront de bénéficier pleinement de l’intervention du thérapeute soutenue par les différentes techniques utilisées dont les plus significatives sont l’induction et la suggestion.

hypnotherapieOn définit l’hypnose comme étant un état modifié de conscience (EMC). Sans en être conscient, chacun d’entre nous expérimente cet état au quotidien : absorbé par la lecture d’un livre, en regardant un film, quand on est amoureux… Lors d’une séance d’hypnose, l’hypnothérapeute suscite chez son patient cet état modifié de conscience par le pouvoir de la suggestion afin d’atteindre l’objectif préalablement défini. Il s’adresse directement à l’inconscient du patient pour produire les modifications voulues dans le fonctionnement de l’inconscient.

De tout temps, des guérisseurs et des chamans ont pratiqué une forme d’hypnose en provoquant des états de transe comme moyens de guérison.

En occident, l’emploi thérapeutique de l’hypnose remonte au XVIII siècle. Anton Mesmer, un médecin autrichien, est le premier à utiliser l’hypnose mais le britannique James Braid est à l’originie de l’usage médical formel et plus fiable de l’hypnose. Il s’agit de l’hypnose classique. Au XXème siècle, Milton Erickson, (psychiatre et psychologue), développe une nouvelle approche  de l’hypnothérapie, l’ « hypnose ericksonienne ». Actuellement c’est l’approche la plus pratiquée dans les pays occidentaux.

LES DIFFERENTES APPROCHES D’HYPNOSE

approches d'hypnoseIl existe cependant 4 approches principales d’hypnose dont les visées thérapeutiques diffèrent d’une approche à l’autre. Il est important que l’hypnothérapeute connaisse ces différentes formes de façon à appliquer ou parfois combiner les techniques les plus adaptées à son patient.

L’hypnose classique : le thérapeute est directif, il donne des ordres au patient pour créer l’état hypnotique et traiter le problème, comme par exemple « vous vous sentez bien », « votre douleur disparaît » etc. C’est aussi la forme d’hypnose utilisée lors des spectacles. Selon les besoins de la thérapie, l’hypnose classique est souvent associée à d’autres types d’hypnose. Cette technique d’hypnose permet notamment de travailler sur le corps comme, par exemple, pour une anésthésie.

L’hypnose ericksonienne : elle consiste à instaurer une forme de dialogue avec l’inconscient du patient de façon à l’aider à trouver lui-même les solutions à ses problèmes. L’hypnothérapeute     tente de provoquer un lâcher prise chez le sujet par des suggestions indirectes. L’hypnose ericksonienne, par ces approche multiples, est surtout employée pour les problèmes de santé qu’ils soient physiques ou psychiques.

La nouvelle hypnose : la nouvelle hypnose dérive directement de l’hypnose ericksonienne, elle laisse une large part à la participation active du patient, qui peut lui-même choisir un souvenir. Elle est plus orienté développement personnel ou coaching. Le thérapeute accompagne le patient pour l’amener vers plus d’autonomie afin d’améliorer sa santé, sa qualité de vie ou de lui permettre d’atteindre ces objectifs.

L’hypnose humaniste : cette nouvelle approche est basée sur l’emploi de techniques d’hypnose dites « en ouverture ». En effet, il s’agit plutôt de « déshypnotiser » le sujet et de lui apporter une « conscience augmentée ». Le thérapeute induit chez son patient une prise de conscience accrue de lui-même mais aussi de toute chose qui l’entoure. En plus des domaines habituels traités par les différentes formes d’hypnose, elle s’intéresse à la dimension existentielle et/ou spirituelle du sujet, tels que le sens de la vie, le deuil, les maladies graves…

QUELLES SONT LES APPLICATIONS THERAPEUTIQUES DE L’HYPNOSE ?

On peut avoir recours à une hypnothérapie pour résoudre de nombreuses sortes de maux :

  • Arrêter de fumer
  • Soulager la douleur
  • Perdre du poids
  • Vaincre les phobies
  • Diminuer l’anxiété et le stress
  • Augmenter la confiance en soi
  • Aide au deuil
  • Améliorer le sommeil
  • Réduire les symptômes de la ménopause
  • Traiter certains troubles de la personnalité…

Cependant l’hypnose est déconseillée aux personnes atteintes de maladies psychiatriques, de psychose ou encore souffrant de problèmes antisociaux.

COMMENT SE DEROULE UNE SEANCE D’HYPNOTHERAPIE ?

Une séance d’hypnose peut durer de 45 mn à une heure. La première séance est généralement consacrée à effectuer un bilan global sur l’état général et les attentes du patient. Ensuite le praticien prend le temps d’expliquer en quoi consiste l’hypnose thérapeutique afin de rassurer son patient.

La phase d’induction

Pour qu’une séance d’hypnose soit réussie la participation et la volonté du patient sont primordiales. Le patient n’entre pas en transe parce que le praticien le veut mais parce qu’il le désire lui-même. L’induction n’a d’autre but que d’aider le patient à concentrer son attention sur son état intérieur.

Il existe de nombreuses techniques d’induction. Le praticien peut demander au sujet de fixer son attention sur un point ou sur un objet dans la pièce, ou de se concentrer sur ses sensations physiques, des images mentales etc. Une fois l’état d’hypnose installé, le thérapeute peut alors commencer le travail thérapeutique à proprement parler comprenant notamment des métaphores, des recadrages, des suggestions « directes » ou « indirectes ». Pour mettre fin à l’état hypnotique le praticien peut suggérer un état de bien-être puis demander au patient de se réveiller lentement, à l’aide d’un compte à rebours par exemple.

Une séance peut prendre fin par un entretien post-hypnotique entre le thérapeute et son patient. Pour le praticien, l’objectif étant de récolter des informations pour adapter au mieux ses techniques aux besoins du patient lors des séances ultérieures.

 

Pour plus d’informations consultez le site la Fédération Française Hypnose et Thérapies Brèves (FFHTB)