Atout femme

Arrêter de fumer grâce à l’hypnose

Pratique très prisée en outre-Atlantique, l’hypnose s’impose petit à petit en France parmi les différents alternatives au sevrage tabagique. En effet, cette technique suggestive présenterait un double avantage : réduire l’envie de fumer et renforcer le désir d’arrêter. Alors, l’hypnose a-t-elle vraiment tout de la solution miracle ? Comment cela fonctionne-t-il ? Quelles sont les différentes techniques utilisées ? Et comment se déroule une séance ? Atout Femme fait le point.

Comment ça marche ?

La réussite d’une séance d’hypnose pour l’arrêt du tabac à Lyon comme partout ailleurs dépend principalement de la motivation du sujet à arrêter de fumer. En effet, il ne faut surtout pas arrêter de fumer pour faire plaisir à sa famille ou à ses amis, mais bel et bien parce qu’on l’a fermement décidé. Sans cela, l’échec est assuré d’avance. C’est seulement une fois la décision prise que l’hypnose médicale peut être d’une aide précieuse.

Cette technique spécifique repose sur un processus de suggestion, visant à amplifier l’envie d’arrêt de fumer qui sommeille plus ou moins secrètement en chaque fumeur. Afin de mobiliser ses pensées positives en faveur d’un sevrage, le sujet hypnotisé va se servir des arguments énoncés par le praticien qui résonnent le plus en lui.

Quelles sont les techniques utilisées ?

Il existe 5 niveaux d’approche différents dans l’arrêt du tabac par l’hypnose :

Comment se déroule une séance d’hypnose ?

Avant de démarrer une séance d’hypnose à Lyon, l’hypnothérapeute évalue le niveau de dépendance de son patient au cours d’un entretien individuel. C’est ainsi qu’il détermine son degré de motivation ainsi que les différents risques de tentation auxquels il pourra être confronté ultérieurement. Cet interrogatoire vise avant toute chose à définir une stratégie d’hypnose et les différentes suggestions que le praticien va pouvoir utiliser.

Une fois cette étape terminée, l’hypnothérapeute amène progressivement son patient vers un état d’hypnose qui se doit d’être agréable et détendu. Une fois amené à un état hypnotique, le praticien entame son protocole de suggestion afin d’apprendre à l’inconscient à agir autrement ou à changer de vision des choses. Mais dans tous les cas, le sujet reste acteur majeur de son sevrage : l’hypnothérapeute sert uniquement à détecter et à faire ressortir des ressources sous-jacentes.

Il est bon de noter qu’une seule séance d’hypnose peut suffire à l’arrêt complet du tabac. Toutefois, si le sevrage n’apparaît pas, il ne sert à rien de multiplier les séances. Il faudra alors simplement attendre quelques semaines avant de renouveler le traitement.

Enregistrer

Enregistrer