La chute de cheveux : comment la traiter ?

La chevelure est sans aucun doute l’un des atouts les plus évidents de la gent féminine. Qu’elle soit courte ou bien longue, et peu importe la nature de cheveux, la coiffure représente un élément essentiel du look des femmes. Ce que l’on doit savoir en revanche c’est que la masse capillaire peut tout à fait être sujette à de petits désagréments au cours de la vie d’une femme. L’une des affections qui touchent une bonne partie de la gent féminine est l’alopécie. Elle se caractérise par la perte des cheveux. Mais comment y remédier ?

Identifier les différents types de chute de cheveux

Dans un premier temps, il faut savoir qu’il existe plusieurs types de chutes de cheveux. En effet, l’alopécie peut se présenter sous différentes formes, selon les raisons de la maladie. Les patientes devront identifier le souci qu’elles subissent avant de s’attaquer à la phase de recherche d’une solution efficace et surtout durable à l’alopécie. Ainsi, on peut distinguer les quelques formes de chute de cheveux suivants :

Alopécie diffuse

D’une manière générale, l’alopécie diffuse est une manifestation d’un ou plusieurs troubles de l’organisme. Parmi les origines de ce mal, on peut notamment citer le stress, la chimiothérapie, ou encore la radiothérapie, et l’accouchement, mais aussi une infection. Cette catégorie de chute de cheveux n’est donc pas héréditaire. L’alopécie diffuse résulte plutôt d’un problème endocrinien comme un trouble de la fonction métabolique ou encore thyroïdienne par exemple. Par ailleurs, l’affection se généralise le plus souvent sur l’ensemble de la chevelure.

Alopécie androgénétique

Considérée comme étant la forme la plus fréquente d’alopécie, l’alopécie androgénétique se traduit par une diminution progressive et surtout définitive de la quantité ainsi que de la qualité des cheveux. Ce type de chute de cheveux peut tout à fait toucher aussi bien les hommes que les femmes bien qu’elle soit engendrée par une forte sensibilité héréditaire aux hormones masculines (la testostérone). La calvitie androgénétique se manifeste chez le patient masculin par un front et aussi un sommet dégarni tandis que pour les patients féminins, la perte de cheveux se verra surtout sur le dessus du crâne.

Hair loss – my hairloss image

Alopécie circonscrite

Également connue sous le nom de « pelade », l’alopécie circonscrite est une chute de cheveux sur une partie du crâne circonscrite. En d’autres termes, une zone précise subit la calvitie. Bien que les causes de la pelade ne sont pas tout à fait reconnues, il est à constater que cette forme d’alopécie est due à une inflammation de la racine de la tige capillaire. Cela est notamment issu d’une réaction auto-immune de l’organisme. D’autre part, il est à souligner que le stress est toutefois retenu pour être l’un des facteurs psychologiques de cette affection.

Alopécie congénitale

L’Alopécie congénitale est une catégorie de perte de cheveux qui se présente rarement. À son origine, on distingue notamment une anomalie de la constitution du poil. Il est courant de parler de calvitie cicatricielle, car les follicules pileux sont détruits de manière définitive. Il est donc impossible que la tige capillaire repousse un jour, une fois qu’elle est tombée.

Les solutions les plus utilisées pour traiter la perte de cheveux

Pour traiter la perte de cheveux, en tout cas pour certaines catégories d’alopécie, il est nécessaire de consulter au préalable un médecin, ce dernier pourra orienter le patient vers un traitement efficace à base de médicaments. La prise de compléments alimentaires anti chute de cheveux, peut également être prescrite. Ces compléments alimentaires anti chute de cheveux renforceront entre autres la lutte contre la perte de cheveux et surtout la repousse de la tige capillaire. Ces remèdes agiront surtout sur les carences du patient.

Dans le cas des formes d’alopécie plus graves, c’est-à-dire, celles dont la repousse du cheveux n’est pas envisageable, des solutions existent tout de même. On a d’une part la technique de la microgreffe qui consiste à prélever et à transplanter un à un des petites grappes de cheveux sur la zone dégarnie. D’autre part, il y a également les injections intralésionnelles de corticoïdes pour les situations de perte de cheveux où le follicule pileux n’est pas totalement détruit.

Pour finir, des remèdes naturels sont aussi à la disposition de toutes personnes souffrantes d’alopécie. Il faut cependant noter le fait que ces solutions ne s’appliquent que sur les formes les moins agressives d’alopécie. Il est aussi important que la calvitie soit réversible. On peut citer :

  • l’usage de lotion capillaire pour la repousse du cheveux,
  • l’automassage crânien avec des huiles végétales (amande douce, coco, jojoba…) pour stimuler la repousse de la tige capillaire,
  • boire des infusions à base d’herbes et autres plantes (sauge, laurier, bardane, basilic, romarin, fougère…).

Ces remèdes de grand-mère serviront surtout à apaiser l’organisme du patient et aussi à réduire de façon plus ou moins significative les facteurs psychologiques de la perte de cheveux, en offrant détente et relaxation à la personne souffrante d’alopécie.