Est-ce dangereux de se décolorer les cheveux ?

De tout temps, hommes et femmes ont cherché le moyen de modifier leur couleur naturelle de cheveux. On suppose même que dès la préhistoire, les matières utilisées pour peindre dans les grottes servaient également à colorer la peau et les cheveux. Mais ce n’est qu’au 19è siècle que la décoloration fait son apparition, avec la découverte de l’eau oxygénée. Depuis, on colore, on décolore et on recolore nos cheveux au gré de nos envies et des modes successives. Et notre santé, dans tout ça ? Entre substances chimiques et perturbateurs endocriniens, nos cheveux en voient de toutes les couleurs ! 

Pourquoi se décolorer les cheveux ?

La décoloration des cheveux consiste à les éclaircir à l’aide de produits capillaires souvent agressifs. En effet, il n’existe pas vraiment de technique douce et naturelle pour décolorer radicalement une chevelure. Mais si vous souhaitez colorer vos cheveux avec une teinte plus claire que la vôtre, la décoloration est un passage obligatoire. On décolore le cheveu pour mieux le colorer par la suite avec la teinte de votre choix, et on s’assure ainsi que la nouvelle couleur accrochera plus facilement. La décoloration des cheveux est donc la première étape de la coloration.

Qu’est-ce qui décolore les cheveux ?

Dans la gamme des produits décolorants, la star incontestable est le peroxyde d’hydrogène. Mais d’autres substances entrent dans la composition des préparations, telles que les persulfates de potassium, de sodium et d’ammonium, ou encore l’ammoniaque, utilisés pour leurs propriétés oxydantes. Ces produits pénètrent au cœur du cheveu pour neutraliser ses pigments naturels.

Quel est l’effet de la décoloration sur les cheveux ?

Le problème est que le cheveu ainsi traité se retrouve bien mal en point :

  • Le film hydrolipidique qui le protège est quasiment inexistant ;
  • La mélanine, qui lui donne sa pigmentation se trouve complètement détruite ;
  • Et ses écailles, qui devraient être fermées, se retrouvent au contraire complètement ouvertes.

La combinaison de ces trois effets fragilise énormément les cheveux, qui peuvent devenir secs, rêches comme du foin et cassants. Leur nature même est modifiée et il faudra user de soins capillaires efficaces pour leur redonner vigueur et brillance.

Qu’en pense l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire, l’ANSES ?

En juin 2019, l’ANSES a publié le résultat de travaux portant sur l’éventuelle nocivité des produits capillaires. Cette étude pointe particulièrement du doigt les substances chimiques contenues dans les produits capillaires destinés à la décoloration des cheveux.

Selon l’ANSES, les persulfates d’ammonium, de sodium et de potassium présentent un risque non négligeable pour la santé, tant pour les professionnels qui les manipulent que pour les clients qui les reçoivent. Les problèmes les plus fréquemment rencontrés sont des cas de réactions allergiques qui déclenchent des éruptions cutanées ou des problèmes respiratoires.

L’ANSES a recensé plus de 1 000 cas de pathologies professionnelles liées à l’utilisation de persulfates entre 2001 et 2015. La majorité de ces cas concerne des professionnels de la coiffure. Ce recensement fait état de rhinites, d’urticaires, d’asthme et autres maladies respiratoires, et même de choc anaphylactique, dont on sait qu’il met en jeu la vie du patient atteint. Et sous couvert de ces études scientifiques, il est facile de se dire qu’effectivement, la décoloration des cheveux est nocive. Dans ses conclusions, l’ANSES recommande d’ailleurs la diminution des persulfates utilisés dans la fabrication de produits capillaires.

Comment entretenir des cheveux décolorés

Maintenant que l’on connaît les effets de la décoloration sur les cheveux, il est plus facile d’y remédier. Les cheveux décolorés ont besoin d’une attention particulière. Dépourvus du film hydrolipidique qui les protège, ils perdent leur force et leur souplesse. Il faut donc les réparer, à grand renfort de soins nutritifs et protecteurs. Les fabricants l’ont bien compris et mettent à présent à votre disposition de nombreuses gammes de soins réparateurs spécifiquement adaptés aux cheveux décolorés, enrichis en kératine et bourrés d’actifs hydratants. Choisissez de préférence des produits naturels, pour ne pas aggraver l’état de vos cheveux. Sélectionnez des produits à l’huile végétale comme l’huile d’avocat, de jojoba ou l’huile d’argan. Vous pouvez même directement appliquer l’une de ces huiles sur l’ensemble de votre chevelure. Massez délicatement vos cheveux, sans frotter pour ne pas les emmêler. Gardez jusqu’au lendemain pour que l’huile pénètre en profondeur et que l’effet soit profitable. Faites ce geste une fois par semaine pour que vos cheveux soient correctement nourris. Réhydratés, ils retrouveront leur brillant d’origine. N’oubliez pas pour autant de les chouchouter au quotidien, en choisissant un shampoing de qualité enrichi en protéines. Terminez le lavage par l’application d’un après-shampoing spécifique, à l’aloe vera ou au miel, par exemple.

Ces bonnes habitudes mises en place permettront à votre chevelure de retrouver tout son éclat. En effet, les soins vont permettre aux écailles de vos cheveux de retrouver leur fonction en se resserrant. Une fois fermées et bien serrées, les écailles de kératine protègent le cheveu mais également le rendent plus brillant, en reflétant la lumière.

Vous connaissez à présent les effets négatifs de la décoloration sur vos cheveux. Ces effets ne sont en principe pas irrémédiables, bien sûr, mais sont à prendre en considération.

Autre effet négatif à ne surtout pas reproduire pour celui-ci : se coiffer en utilisant de la colle !

Si vous envisagez une décoloration et que vos cheveux sont déjà abîmés, ternes, secs ou cassants, reboostez-les avec des soins nutritifs avant de prendre rendez-vous chez votre coiffeur. Et en sortant de chez le coiffeur, fière de votre nouvelle couleur, pensez à vous procurer les soins nécessaires à son entretien, pour la garder resplendissante plus longtemps et réparer vos cheveux.